AccueilMaurice O’Bready

Maurice O’bready

 

maurice2Hormis le fait que l'oeuvre colossale de Mgr Maurice O'Bready démontre les qualités et facultés exceptionnelles de l'homme prolifique et très grand qu'il était pour son époque, nous attirons votre attention sur le fait qu'il a voué sa vie à son prochain en tant que prêtre et homme de Dieu. Poussé par une foi et une ferveur incontestables, il a toujours su insuffler à son entourage une vision spirituelle et globale de l'humain, à travers les champs de la spiritualité, l'éducation, l'histoire, la moralité, la philosophie, la psychologie. la musique, le théâtre et la littérature. Depuis le début de la Nouvelle-France, en 1608, c'est avec amour et dévouement que nos religieux et religieuses, dont il faisait partie intégrante, ont bâti notre système d'éducation en assurant à notre peuple un développement constant, tant intellectuel que culturel, unique en Amérique.

 

L'Université de Sherbrooke doit beaucoup à ses premiers bâtisseurs. Nous voulons rappeler aux dirigeants actuels l'apport inestimable du corps enseignant du Séminaire St-Charles-Borromée, supporté par les congrégations religieuses de l'Estrie ou Cantons-de-l'Est, appelés «Townships» au début de la colonisation. L'oeuvre de Mgr O'Bready fut façonnée par son environnement. Faut-il rappeler que nous sommes les descendants des premiers défricheurs francophones affranchis des Seigneuries. Ces hommes, ces femmes et ces enfants se sont armés de courage pour trouver la liberté avec leur foi, leur ingéniosité, leur esprit d'entraide et leur grand sens de la fête. N'oublions pas également les Acadiens, Irlandais et Écossais qui aspiraient, à leur tout, à un monde de paix dans ce «Pays Loyaliste». Notons que les Cantons-de-l'est étaient jadis habités majoritairement par les anglophones d'origine américaine, qui avaient porté allégeance à la couronne britannique, suite à la guerre de sécession en Nouvelle-Angleterre, en 1812. Gardons en mémoire la complicité de nos frères et soeurs Abénakis, qui nous ont accueillis et instruits des secrets de la Terre, pour nous guérir et nous nourrir, afin d'atteindre notre autosuffisance et notre autonomie. En grand patriote qu'il était, Maurice O'Bready vivait au quotidien toutes les grandes qualités qui ont forgé le fondement des valeurs de notre peuple canadien français, devenu québécois au fil du temps. Elles ont tracé les empreintes de notre histoire commune. Nous voulons, par sa mémoire, les raviver et les transmettre à nos enfants, ainsi qu'aux générations actuelles et futures, pour nous donner à tous, fierté, force et courage en ces temps difficiles.

 


maurice udes

Rappelons-nous et soyons fiers de nos ancêtres qui ont bâti notre région et notre pays par le Soc et la Croix. Maurice O'Bready était imprégné du même esprit que Fernand Dumont qui mentionnait : «Nous devons réinterpréter le développement de notre peuple à travers ses racines». Fascinés par sa personnalité, ses supérieurs et collègues le surnommaient «L'homme aux mille et une fonctions». Il est devenu, par son action engagée, notre «Léonard de Vinci», le père de notre culture francophone en Estrie. Réjouissons-nous et remercions Mgr O'Bready de nous avoir donné en héritage la fierté de ce que nous sommes devenus. Il a consacré sa vie à nous faire découtrir et reconnaître nos bâtisseurs, à travers la beauté et la richesse de notre magnifique région qu'il chérissait et qu'il a baptisé «Esterie». Nous garderons à jamais le souvenir de son immense contribution au développement de notre culture. Il fut, dans notre jeune histoire, l'un des grands artisans de notre peuple qui a oeuvré, jusqu'à sa mort, à préserver et défendre notre identité francophone, tant chez-nous qu'à travers le Québec et le Canada. Quel grand défi pour les artisans collaborateurs que présenter la vie aux multiples facettes de Mgr Maurice O'Bready. L'avenir nous dira si nous avons réussi à vous faire connaître à fond ce personnage unique que Mgr Maltais citait comme «L'Homme que l'impossible enchantait». 

 

Biographie

Mgr Maurice O'Bready est un authentique fils de l'Estrie, dont le nom est d'ailleurs de sa création (24 juin 1946). Né à Wotton le 11 novembre 1901, fils du cultivateur Élie O'Bready et de Victorine Bélisle, il est le dizième d'une famille de onze enfants. Il ne quitta pour ainsi dire jamais l'Estrie, sauf pour trois ou quatre années, et consacra sa vie à la faire mieux connaître et mieux aimer, participant en plus à toutes les activités importantes qui pouvaient la faire prospérer. Il nommait Sherbrooke sa cité bien-aimée et vouait un attachement particulier à son village natal, situé au centre de la MRC des Sources, à 50 km au nord de Sherbrooke.

 

Professeur émérite

Après ses études classiques et théologiques au Séminaire Saint-Charles de Sherbrooke, Mgr O'Bready était ordonné prêtre le 29 juin 1926 et obtenait une licence de lettres de l'Institut catholique de Paris en 1936. De 1923 à 1954, il est professeur au Séminaire Saint-Charles et enseigne, à divers niveaux du cours classique, le français, la réthorique, le grec, le chant, la littérature française, l'histoire et la musique. Vouée à l'éducation, sa carrière se poursuit à l'Université de Sherbrooke, dont il est le premier secrétaire général en 1954 et l'un des fondateurs importants. Mgr Pinard le nommait, à juste titre, la cheville ouvrière inestimable travaillant dans l'ombre qui a contribué à faire de l'Université ce qu'elle est devenue aujourd'hui.

 

Homme aux mille talents

Tous s'entendent à dire que Maurice O'Bready était un homme bienveillant, bon et généreux, un travailleur infatigable aux mille talents, qui fuyait les honneurs et qui possédait une grande humilité alliée d'un humour incontestable. Il se dévouait pour tous, sans discrémination, peu importe les classes sociales auxquelles les gens appartenaient. La rédaction du manuscrit de sa vie, intitulé L'Homme que l'impossible enchantait, démontre bien le génie de cet homme de culture, muni d'un intellect hors du commun, allié à un cœur ouvert et généreux pour son entourage. Le manuscrit fut réalisé et publié par la Société d'histoire et du patrimoine de Wotton en 2002 pour souligner la commémoration de son 100e anniversaire. Outre sa vie de prêtre et d'homme de foi engagé, il fut un orateur et un conférencier prestigieux, un auteur compositeur et interprète apprécié, un écrivain et un chroniqueur de renom, un comédien et auteur de pageants (grands jeux scéniques de théâtre) appréciés, tout comme les scénettes qu'il écrivait et qu'il jouait à la radio. Mentionnons enfin que Mgr O'Bready était un patriote nationaliste qui utilisait son génie de communicateur et d'écrivain pour énoncer ses convictions profondes et lutter à la sauvegarde de l'identité francophone et à la cause de la langue française. L'Hymne de l'Estrie, qu'il composa en 1946 avec son grand ami Sylvio Lacharité , fondateur de l'Orchestres symphonique de Sherbrooke, en fait foi. Ce chant demeure l'héritage le plus tangible de l'attachement et la gratitude que portait Mgr O'Bready vis-­à-vis ses ancêtres.

 

Bâtisseur et organisateur

Il fut l'un des principaux organisateurs de la campagne de financement Juste Part qui a contribué à fournir 4 millions pour la fondation de l'université en 1954 avec l'aide de 5000 collaborateurs. Il a également réussi, avec la complicité de ses confrères et de la population, à amasser 400 000$ pour le Séminaire Saint-Charles. Il a également organisé le 75e anniversaire du séminaire et le Centenaire de Wotton en 1949. En 1960, il devient vice-recteur de l'Université de Sherbrooke, puis, en 1965, premier principal de l'École Normale Louis-Joliette de Sherbrooke, cette École étant en réalité celle qu'il avait fondée et dirigée dans les cadres de l'Université dès 1955 et qui obtenait un nouveau statut. Il fonda l'Institut International des Affaires Africaines, l'École des parents, le département d'orientation scolaire et travailla à créer la chaire du département d'Histoire de l'Université dont il fut nommé titulaire en 1969. Il occupait encore ce poste au moment de son décès, survenu le 10 juillet 1970.

remix maurice

 

 

Pour accéder à la section réalisations & titres honorifiques, cliquez ici